ARTICLE
5,00 €

Private Philanthropy and Cultural Heritage in France: Sources, Topicality and Perspectives

Language
French
2016 / Vol. 28, No. 3, (101)
Digital Edition

Maryvonne de Saint Pulgent

Présidente de la section du rapport et des études du Conseil d’Etat

Product of a long historical tradition, the financing by individuals of the cultural life has been characterized in France by an ambivalent relationship with the institutionalized cultural policy. Thanks to a series of reforms begun in the 1960’s and vigorously pursued in the 2000’s, foundations, associations and more recently, endowment funds have become major tools for patronage by individuals working towards the safeguarding of heritage. An international comparison places France amid the countries that have the most incentive fiscal framework in Europe, even though she lags behind the American model; efforts are being made to compensate for that with the creation of new structures such as the Heritage Foundation (Fondation du patrimoine). Currently, “crowdfunding”, or participative funding, is making remarkable headway, indicating an evolution from an “elitist” approach towards a so-called “popular” type of patronage that brings together anonymous patrons driven by federative cultural projects.

Fruit d’une longue tradition historique, le concours des particuliers au financement de la vie culturelle a entretenu en France des rapports ambivalents avec la politique culturelle institutionnalisée. Grâce à une série de réformes entamées dans les années 1960 et poursuivies avec volontarisme dans les années 2000, les fondations, les associations et plus récemment, les fonds de dotation, sont devenus des vecteurs privilégiés du mécénat des particuliers œuvrant à la sauvegarde du patrimoine. Une comparaison internationale situe la France parmi les pays disposant des dispositifs fiscaux les plus incitatifs en Europe, même si elle souffre par rapport à son modèle américain d’un retard qu’elle s’efforce de combler à travers la création de structures originales, comme la Fondation du patrimoine. Actuellement, le “crowdfunding” ou financement participatif connaît un essor remarquable, attestant de l’évolution d’une conception “élitiste” vers un mécénat dit “populaire” rassemblant des mécènes anonymes animés par des projets culturels fédérateurs.

* Texte écrit en collaboration avec Mylène Bernabeu, premier conseiller de tribunal administratif et de cour administrative d’appel, chargée de mission auprès de la présidente de la section du rapport et des études du Conseil d’Etat.

Other Articles from the same Issue