ARTICLE
10,00 €

The Articulation between Soft Law and Hard Law in the Judicial Management of Covid-19 in France and in Sweden: Two Asymetrical Strategies Revealing a Specific “Administrative Citizenship”

Language
French
Pages
43
2022 / Vol. 34, no. 1, (123)
Digital Edition

L’articulation entre Soft Law et Hard Law
dans la gestion juridique de la Covid-19 en France et en Suède:
deux stratégies asymétriques révélatrices
d’une “citoyenneté administrative” propre

Emmanuel Cartier

Professeur agrégé de droit public –
Codirecteur du Centre de Recherches Droits et Perspectives du Droit (CRDP - ULR no 4487) –
Université de Lille (France)

Patricia Jonason

Professeure associée de droit public, Université de Södertörn (Suède)

The paper examines the legal management of the health crisis generated by the Covid-19 pandemic based on two quite different national approaches and experiences, the Swedish and the French ones. Differences lie not surprisingly in the use of Soft and Hard Law in the two countries, Sweden being inclined to give precedence to Soft Law and France to Hard Law. The in-depth comparative study of the legal frameworks laying down the duties and responsibility of citizens for fighting the pandemic enables the discovery of a large and intricate range of rules tending to blur traditional legal categories. The paper discusses furthermore the conditions for citizens’ acceptance and implementation of their duties. In that respect, questions such as the adaptability in time and space of the measures/constraints decided by public authorities, their readability and temporality and the question of trust – vertically within the relationship citizens-state and horizontally between the society members – are at the heart of the legal management of the pandemic by the governments.

L’article examine la gestion juridique de la crise sanitaire générée par la pandémie de Covid-19 à partir de deux approches et expériences nationales assez différentes, la suédoise et la française. Les différences résident, sans surprise, dans l’utilisation de la Soft Law et de la Hard Law dans les deux pays, la Suède ayant tendance à privilégier la Soft Law et la France la Hard Law. L’étude comparative approfondie des cadres juridiques définissant les devoirs et la responsabilité des citoyens dans la lutte contre la pandémie permet de découvrir un éventail large et complexe de règles tendant à brouiller les catégories juridiques traditionnelles. L’article examine en outre les conditions d’acceptation et de mise en œuvre de leurs devoirs par les citoyens. A cet égard, des questions telles que l’adaptabilité dans le temps et dans l’espace des mesures/contraintes décidées par les autorités publiques, leur lisibilité et leur temporalité, ainsi que la question de la confiance – verticalement dans la relation citoyens-Etat et horizontalement entre les membres de la société – sont au cœur de la gestion juridique de la crise sanitaire par les gouvernements.