ARTICLE
5,00 €

Administrative Law / Droit administratif 2018-2019 Romania / Roumanie

Language
English
Pages
18
2019 / Vol. 31, No. 4, (114)
Digital Edition

Administrative Law / Droit administratif

2018-2019

Romania / Roumanie

Tudor Chiuariu

Associate Professor, PhD magna cum laude, Faculty of Law, University “Titu Maiorescu” Bucharest, Romania,

The year 2019 brought a long-awaited codification of the administrative law. After a legislative saga comprising several previous drafts declared unconstitutional, the Administrative Code has been finally adopted, entered into force, has already passed the constitutionality test and is now under the practical test of everyday application. The first section of the chronicle refers to the Code’s main novelties and some of the provisions open to critique. In the second section of the chronicle, we discuss the relevant jurisprudence of the Constitutional Court of Romania. In the first case under scrutiny, the Court approached the divide of discretionary powers in the appointment/dismissal of chief prosecutors. In the second, it declared that the exclusion of an economic operator from a public procurement procedure based on an ongoing criminal investigation breaches the presumption of innocence, a decision which can have a continental echo, based on the fact that public procurement is regulated primarily at the European Union level, being essential to the proper functioning of the common market. The third section draws attention on the European judicial dialogue in administrative matters, involving cases before the European Court of Human Rights and the Court of Justice of the European Union on the same issue of administrative automatic confiscation of undeclared cash sums carried when entering/exiting the European Union. Both Courts found the sanction to be in breach of the proportionality principle, which can be of relevance to similar sanctions provided for in the domestic legislation of other EU Member States.

Lannée 2019 a apporté une codification très attendue du droit administratif. Après une saga législative marquée par plusieurs projets antérieurs déclarés inconstitutionnels, le Code administratif a finalement été adopté, est entré en vigueur, a déjà passé le test de la constitutionnalité et est maintenant soumis à lépreuve pratique de lapplication au quotidien. La première partie de la chronique se réfère aux principales nouveautés du Code et à certaines des dispositions critiquables. La deuxième partie évoque la jurisprudence pertinente de la Cour constitutionnelle roumaine. Dans la première affaire examinée, la Cour sest penchée sur la répartition des pouvoirs discrétionnaires en matière de nomination/révocation des procureurs en chef. Dans la seconde, elle a déclaré que lexclusion dun opérateur économique dune procédure de passation de marché public fondée sur une enquête pénale en cours violait la présomption dinnocence, un arrêt qui peut avoir un écho continental si lon part du fait que les marchés publics, essentiels au bon fonctionnement du marché commun, sont réglementés principalement au niveau de lUnion européenne. La troisième partie attire lattention sur le dialogue judiciaire européen en matière administrative, concernant des affaires portées devant la Cour européenne des droits de lhomme et la Cour de justice de lUnion européenne sur la même question de la confiscation administrative automatique des montants en espèces non déclarés à lentrée et à la sortie de lUnion européenne. Les deux Cours ont estimé que la sanction était contraire au principe de proportionnalité, ce qui peut être pertinent pour des sanctions similaires prévues dans la législation interne dautres Etats membres de lUE.